Facebook ciblé par un mouvement de boycott

Facebook ciblé par un mouvement de boycott

Le géant des réseaux sociaux Facebook subit une pression croissante de la part des grandes entreprises américaines pour mettre fin au contenu haineux sur la plate-forme ou risquer de perdre davantage de revenus publicitaires.

Depuis la semaine dernière, des associations de défense de droits civiques comme l’ADL, la NAACP, Sleeping Giants, Colour of Change, Free Press et Common Sense ont lancé la campagne Stop Hate for Profit (Stop à la haine pour les profits), appelant les entreprises à retirer leurs fonds publicitaires de Facebook pour le mois de juillet.

Depuis, des entreprises comme Patagonia, The North Face, Ben & Jerry’s et REI ont rejoint cette campagne de boycott lancée à la suite du meurtre de George Floyd par la police.

Les groupes derrière le boycott ont eu des discussions privées avec le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, pendant des années sur le besoin d’améliorer la façon dont la plateforme traite le contenu raciste, sectaire, antisémite, suprémaciste blanc et autrement violent. La décision de se regrouper et de rechercher le soutien des annonceurs a été déclenchée par le traitement réservé par Facebook aux manifestations contre la brutalité anti-policière après la mort de Floyd.

« Il y a eu beaucoup de désinformation », a déclaré à la presse le fondateur et PDG de l’association « Common Sense », James Steyer, expliquant qu’après la mort de Floyd, « il y avait un flot de contenu haineux et suprémaciste blanc sur la plate-forme, et ils l’ignorent. »

Zuckerberg a défendu l’approche laissez-faire de la plate-forme, mais cette position a fait l’objet de critiques de plus en plus nombreuses, car d’autres sociétés de technologie comme Twitter ont été plus agressives à l’égard de ce phénomène en signalant les contenus jugés haineux ou mensongers.

Les associations à l’origine du boycott appellent Facebook à, entre autres, créer un seuil de préjudice où les utilisateurs confrontés au harcèlement peuvent parler directement avec un employé, un mécanisme interne pour supprimer les publicités étiquetées comme de la désinformation et un système pour signaler le contenu dans des groupes privés .

Bien que la campagne ait été lancée la semaine dernière, elle a déjà reçu plus d’une douzaine de soutiens de la part d’entreprises.

Des entreprises de prêt-à-porter, dont Eddie Bauer et Arc’teryx, ont été parmi les premières à se joindre au mouvement, s’engageant à cesser d’acheter des publicités sur Facebook et Instagram pour juillet.

La société de navigation Web Mozilla, la compagnie maritime Local Postal, le distributeur de films Magnolia Pictures et la plate-forme indépendante mondiale Upwork ont également rejoint ce mouvement.

Facebook a soutenu qu’il continuerait de travailler avec des entreprises et des groupes de défense des droits civiques pour améliorer sa plateforme.