Covid-19: un demi milliard de personnes menacées par la pauvreté dans le monde

Covid-19: un demi milliard de personnes menacées par la pauvreté dans le monde

Quelque 500 millions de personnes supplémentaires dans le monde pourraient sombrer dans la pauvreté si rien n’est fait pour limiter l’impact économique de l'épidémie du Coronavirus, prévient l'ONG Oxfam.

Entre 6 et 8% de la population mondiale pourrait basculer dans la pauvreté alors que des économies entières sont mises à l’arrêt afin de contrôler la propagation du virus, souligne Oxfam dans un rapport intitulé « le prix de la dignité ».

« Cela pourrait constituer à l’échelle mondiale un recul de dix ans dans la lutte contre la pauvreté, et un recul de 30 ans dans certaines régions comme en Afrique sub-saharienne, au Moyen-Orient ou en Afrique du Nord », plus de la moitié de la population mondiale étant menacée de tomber sous le seuil de pauvreté à la suite de la pandémie, ajoute l’ONG.

Face à l’absence de systèmes de protection sociale, les pays les plus pauvres seraient davantage touchés ainsi que les populations défavorisées, dont les femmes, note l’organisation.

A cet égard, Oxfam appelle à un « plan de sauvetage pour tou.te.s » reposant sur 6 mesures prioritaires pour lutter contre les ravages économiques de la crise du coronavirus et rebâtir un monde plus égalitaire.

Elle recommande ainsi l’octroi d’une aide financière directe aux personnes les plus touchées et un soutien prioritaire aux petites entreprises en conditionnant l’aide financière accordée aux plus grandes à des mesures en faveur des populations vulnérables.

L’ONG appelle aussi à l’annulation cette année des remboursements de la dette des pays les plus pauvres, à l’augmentation d’au moins 1.000 milliards de dollars des droits de tirage spéciaux (DTS) du Fonds monétaire international (FMI) pour lui permettre de venir en aide aux pays les plus pauvres, l’augmentation de l’aide publique au développement des pays donateurs dès maintenant et la création d’impôts de solidarité d’urgence en taxant les bénéfices extraordinaires, les plus grandes fortunes, les produits financiers spéculatifs et les activités ayant un impact négatif sur l’environnement.

Oxfam avait plaidé récemment pour la mobilisation en urgence de 160 milliards de dollars afin de financer un plan mondial de santé publique et d’intervention pour sauver des millions de vies face à la pandémie de coronavirus, notamment en annulant immédiatement les dettes des pays les plus pauvres.