Attaqué par un crocodile, il s'en sort grâce à son couteau de poche

Attaqué par un crocodile, il s'en sort grâce à son couteau de poche

Un crocodile / Crédit photo: Pixabay

Un sexagénaire australien a échappé aux mâchoires d'un crocodile marin d'environ quatre mètres, en le poignardant à plusieurs reprises à la tête avec son couteau de poche, ont indiqué mercredi les autorités locales.

Les agents de protection de la faune ont déclaré que l’homme avait « de la chance d’être en vie » après cette attaque au bord d’une rivière isolée dans la péninsule du Cap York (nord de l’Australie).

« Les chances de faire cela sont à peu près nulles », a indiqué Matt Brien, du département de l’environnement de l’État du Queensland.

L’homme était allé pêcher la semaine dernière sur sa propriété près de Hope Vale, à environ cinq heures de route de Cairns, et avait chassé un taureau de la berge pour pouvoir s’y installer.

C’est alors que le crocodile a attaqué.

« Il a décrit avoir vu le crocodile quelques secondes avant qu’il ne se jette sur lui, le renversant alors qu’il était sur le point de lancer sa canne à pêche », a rapporté le ministère dans un communiqué.

Il s’est agrippé à la branche d’un palétuvier dans une tentative désespérée de rester hors de la rivière alors que les mâchoires du crocodile s’enroulaient autour de ses bottes.

Mais il a rapidement perdu la lutte et a été entraîné dans la rivière.

« L’homme a déclaré qu’en entrant dans l’eau, il a réussi à récupérer son couteau à sa ceinture et a poignardé le crocodile à la tête jusqu’à ce qu’il le lâche. »

L’homme a ensuite remonté la rive et s’est rendu à l’hôpital de Cooktown pour y être soigné avant d’être transporté par avion à l’hôpital de Cairns, où il est toujours en convalescence une semaine plus tard.

Une porte-parole du ministère de la Santé a déclaré qu’il était dans un état « stable ». Les crocodiles marins ou « salties », qui peuvent atteindre sept mètres de long et peser plus d’une tonne, sont caractéristiques du nord tropical de l’Australie.

Leur nombre a explosé depuis qu’ils ont été déclarés espèce protégée en 1971, et les récentes attaques ont relancé le débat sur leur contrôle.